14 September 2017

Mont Agung (Bali, Indonésie)

[en cours de rédaction]

La région de Sidemen est visiblement réputée pour la beauté de ses paysages avec en toile de fond le volcan Agung (3031m), alors Sandrine et moi avons décidé d’aller y passer deux jours durant notre voyage à Bali. Non sans l’arrière pensée d’éventuellement faire l’ascension du plus haut sommet de Bali ..

Mardi nous prenons la décision de nous lancer, en optant pour la version la plus difficile consistant à faire l’aller-retour depuis le temple de Besakih pour la bagatelle de 2200m de dénivelé positif et négatif. Sandrine avait imprimé le topo avant le départ à Bali, il nous sera bien utile. J’ai oublié le chargeur de piles et suis maintenant à sec, alors nous achetons un jeu de piles AA neuves dans un petit magasin local. Je trouve une trace gpx de l’ascension sur un site regroupant de nombreuses traces en Indonésie. Je charge tant bien que mal cela dans mon gps de randonnée.

Et comme nous aimerions évidemment assister au lever de soleil, nous programmons un taxi à destination du temple de Besakih pour .. 23h30 ce mercredi 13 au soir. Nous arrivons sur site après une heure de route. Nous payons la dîme de 2 x 100000 roupies, même à cette heure là l’accès est surveillé ! Depuis la veille, et jusque sur le parking, tous les locaux “s’inquiètent” de nous voir sans guide et nous proposent de faire appel à l’une de leurs connaissances, nous refusons poliment mais fermement.

Le taxi quitte finalement le site, et nous voilà maintenant en route pour le sommet. Je sais que le plus dur sera de trouver le chemin au départ et en pleine nuit. Nous empruntons les nombreuses marches qui mènent au temple et recherchons le chemin qui part à gauche du temple, comme indiqué dans le topo. Il y a bien un sentier qui passe derrière les toilettes, mais franchement on doute que ce soit là. On ère un peu et on redescend jusqu’au parking. Le gardien qui nous voit revenir nous explique avec des signes qu’il faut contourner le temple par la gauche, en passant devant les toilettes. J’ai allumé mon GPS et regarde la trace téléchargée, et constate qu’elle ne semble pas du tout passer par là. Comme si le gars avait commencé ailleurs. Nous suspectons qu’il a commencé dans la ville en bas, alors que nous avons été directement déposés au temple. Ca doit être ça. Mais néanmoins, quand je recherche Besakih sur la carte routière que j’ai chargée en France dans mon GPS, et qui est certes assez peu détaillée, je trouve un nom contenant ‘Besakih’ mais à 8 km de là ! Alors comme de toute façon nous sommes seuls sur ce parking à 1h du mat, on y retourne, mais fortement dubitatifs. En jetant un oeil à mon GPS je constate qu’il a rendu l’âme, les piles neuves ‘locales’ n’auront tenu que 45 minutes environ ! Nous voilà donc sans carte, sans gps, avec un topo que nous ne comprenons pas. Tout va pour le mieux, on va le jouer à l’instinct donc.

Une fois passées les toilettes, nous montons derrière le temple et choisissons l’un des multiples sentiers qui s’enfoncent dans la forêt, droit dans la pente. Plein nord ou presque, alors que je m’attendais à partir vers l’est. Mais bon en même temps je n’ai aucune carte du coin. Nous suivons ce qui s’avère être une sente, seuls dans la jungle et à la frontale. On est peut-être pas sur le bon chemin, mais au moins il y a de l’ambiance. Nous perdons le chemin et cherchons la suite, s’il y en a une; le temps file. Nous le retrouvons, il était caché car recouvert de végétation. Difficile de croire que grand monde passe par là. Nous reprenons l’ascension et au bout d’un moment croisons un sentier visiblement très parcouru, nous avons sûrement rejoint le véritable itinéraire de montée. Nous accélérons la cadence, avons un bon rythme et distançons deux lumières qui montaient le long de ce même sentier. Nous croisons quelques locaux qui semblent avoir dormi sur le trajet.

Nous atteignons un court passage d’escalade facile que nous franchissons quant deux personnes nous rejoignent. Elles semblent hésiter et rebroussent chemin. Nous les hélons et les interrogeons. Ils nous indiquent ne pas aller au cratère, mais au sommet, et que ce n’est pas par là. Ce qui veut donc dire que nous étions en train d’aller rejoindre la mauvaise destination ! Merci à eux, ils nous ont sauvé le sommet.

Nous progressons un moment tous les quatre, et retrouvons ensemble la jonction qui permet de rejoindre le chemin qui mène au sommet. En discutant avec eux, nous nous rendons compte que nous étions ensemble dans le même refuge il y a trois semaines et quelques, et avons fait la même course d’alpinisme – la traversée du Pelvoux ! Ils ont la caisse les jeunes, et ils nous distancent sur la suite de la montée. Ma frontale commence à montrer de sérieux signes de faiblesse, il faut dire qu’elle a déjà fait l’ascension du Mt Merapi et Rinjani avec les même piles. Heureusement le chemin est somme toute relativement logique et bien marqué sur cette section.

Nous rejoignons nos camarades au sommet vers XXXh, et un chilien qui nous a tous doublé à la montée. En discutant avec eux, nous apprenons qu’ils sont partis de Selat, au sud d’Agung. Tout comme nous en fait. Donc le taxi nous à déposé au mauvais endroit, pas à Besakih comme nous l’avions demandé et comme il était écrit sur le récépissé lors de mon paiement la veille … Bref, nous sommes partis du mauvais endroit, et avons presque manqué de finir au mauvais endroit également :)

Nous patientons tous les cinq et quelques autres personnes nous rejoignent, elles ont emprunté l’itinéraire venant de Besakih. Les premières lueurs du soleil apparaissent à côté du Rinjani.

Je dois être le seul à ne pas faire de selfie au sommet. L’une des filles se prend en photo avec sa girafe gonflable. Elle nous explique que sa mère lui a même offert une seconde girafe de secours, au cas où la première serait percée.

Au fond du cratère nous pouvons voir trois faibles colonnes de fumée. Elle n’apparaissent d’ailleurs quasiment pas sur ma photographie de panorama.

Notre sommet projette son ombre au loin.

Le mont Rinjani et l’île de Lombok est visible à l’horizon.

Nous profitons un maximum du sommet Sandrine et moi, faisons quelques photos, et nous partons bien après les autres, en ayant décidé d’emprunter l’itinéraire de Besakih pour la descente. Depuis la ligne de crête, nous avons une belle vue sur l’autre star de la région, le volcan Batur et son lac intérieur.

Le terrain est vraiment casse gueule et il est difficile de ne pas tomber, et encore plus d’accélérer.

Alors c’est relativement tranquillement que nous avalons les 2200m de dénivelé négatif jusqu’au temple de Besakih que nous atteignons à 11h22, soit XXhXXm de course. Au retour, nous échangeons avec quelques locaux qui nous interrogent sur l’état du volcan. Je leur montre les photos et le détail des fumeroles que nous avons vu au fond du cratère, ils appellent d’autres habitants pour venir voir les photos.

Nous trouvons à déjeuner l’un des plus mauvais repas de notre séjour, sans être non plus le moins cher que nous ayons fait, nous allons visiter le temple mais ça c’est une autre histoire.

Update 25/09/17

Bali : le mont Agung gronde, 50 000 personnes évacuées

Le mont Agung, qui menace, sur l’île de Bali, se réveille d’un sommeil d’un demi-siècle.

Les touristes continuent à le photographier de loin, sans trop se rendre compte que, à proximité, 48 540 personnes, très exactement, ont été évacuées en quatre jours. Le mont Agung, sur la touristique île de Bali, menace de se réveiller pour la première fois en cinquante ans. L’activité sismique fait craindre une éruption imminente.

Le mont Agung, situé à un peu plus de 3 000 mètres d’altitude et quelque 75 kilomètres des principales destinations touristiques de Kuta et Seminyak, gronde depuis le mois d’août. Avec des pics d’intensité qui ont conduit les autorités indonésiennes à décréter l’alerte maximale vendredi, dessinant un périmètre d’exclusion de neuf kilomètres autour du cratère. Près de 50 000 personnes, sur les 60 000 vivant dans la zone jugée dangereuse ont été évacuées, ainsi que 2 000 vaches. De nombreux habitants étaient en effet restés de peur de perdre leurs troupeaux. D’autres font des allers-retours depuis trois jours pour nourrir leurs animaux. Le temple hindou Pura Besakih, l’un plus grands de l’île situé au pied du mont Agung, a été fermé aux visiteurs samedi.

[..]

Le Parisien

Notre parcours

  • Distance (km) : 16,6
  • Dénivelé (m) : +1600 -2200
  • Altitudes (m) : mini 945, maxi 3031m
  • Horaires : départ , retour
Catégories : Randonnée / Trail

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Autres sorties …

Randonnées ‘du vertige’ en Espagne

Randonnées ‘du vertige’ en Espagne

Durant nos deux semaines de vacances cet été, nous allons voir la famille à Limoges et en Dordogne, mais avant cela nous prévoyons une petite escapade sportive. Alors nous avons cherché ce que nous pourrions faire avec Eva, qui a maintenant 9 mois. Après avoir...

Voyage au Perou

Voyage au Perou

Un beau voyage de deux semaines au Perou avec mon ami Fred.