8 January 2010

Alpinisme dans le Cantal

Cela faisait deux ans que j’étais inscrit au Club Alpin Français de Chamonix, mais sans y participer, juste pour l’assurance et contribuer financièrement à l’association. Celui de Paris ? J’avais entendu ou lu quelques histoires négatives, associées à la réputation d’être un club de vieux. Mais en cette début d’année, je range les préjugés et décide d’aller juger sur pied. Je viens donc de m’inscrire au CAF Ile de France.
Il est prévu ce weekend là une sortie de cascade de glace, la première de l’année. Mais c’est la météo qui décide, et nous devons tout annuler pour cause de trop gros risques avalancheux.
Dans l’après-midi qui précède le départ annulé, je reçois un appel. Une sortie autonome, hors CAF, s’organise. Je saute sur l’occasion. Tout ce que je sais de la sortie, c’est que j’ai un rendez-vous à Portes d’Orléans… J’y découvre que nous serons un groupe de quatre, décidés à partir coûte que coûte, avec la ferme intention d’aller trouver de la glace, dans un coin qui ne serait pas trop dangereux d’un point de vue neige. Nous prenons la direction du Cantal.

Nous faisons étape dans un Formule 1 sur la route. Je n’aimerais pas être chauffeur routier et y passer trop souvent. Heureusement, notre point de chute pour ce séjour, choisi au hasard non loin du Puy Mary, sera d’un autre acabit. Le gîte-auberge La Boudio nous a réservé un excellent l’accueil, le patron a été de bon conseil, la nourriture copieuse et très bonne, le lieu refait à neuf est vraiment chaleureux.
A travers la grande baie vitrée qui donne sur le salon, le vallon qui mène au Puy Bataillouse.

Premier jour

Sur les conseils du maître de maison, nous choisissons une sortie non loin de là, la face nord du Puy Bataillouse, 1650 m !

Nous constatons l’épaisseur de neige durant la marche d’approche qui nous mène au pied du puy où nous sortons le matériel technique.

attaque de la montée vers le Puy Bataillouse

attaque de la montée vers le Puy Bataillouse

A la montée, nous brassons pas mal de neige. Il fait gris, et il continue de neige. Nous prenons nos précautions dans des passages qui pourraient être avalancheux, et atteignons enfin .. de la glace. Le crux de la voie, un léger passage de 3-4 mètres en glace en faible pente. Mes nouveaux piolets touchent pour la première fois de la glace, enfin.

hésitation, est-ce bien par là ?

hésitation, est-ce bien par là ?

le crux de la voie, le passage en glace sur 3-4 mètres

le crux de la voie, le passage en glace sur 3-4 mètres

Au dessus, c’est ambiance Ecosse. A l’approche du sommet, le froid, le vent et la neige qui tombe toujours font rebrousser chemin à ceux qui sont en tête, ils craquent.

Ambiance Ecossaise près du sommet

Ambiance Ecossaise près du sommet

20100108-1642-45.jpg

Nous les petits jeunes qui sommes à l’arrière, tout va bien puisque nous sommes correctement équipés. Le masque de ski ca fait la différence dans ces moments là :)
Retour à la Boudio de nuit, le gardien commençait à s’inquiéter mais sans avoir encore alerté les secours, heureusement.

Deuxième jour

Pour cette deuxième journée, nous sommes très motivés pour trouver de la glace. Notre première piste, une série de cascades au bord de l’Alagnon, en contrebas de la route entre la Lioran et Laveissière. Nous trouvons finalement le lieu, descendons dans le ravin et errons à travers la forêt à la recherche des dites cascades.

L'équipe à la recherche de glace dans les bords de route

L’équipe à la recherche de glace dans les bords de route

20100109-1056-70.jpg

20100109-1057-72.jpgRien n’est formé, échec.

Il nous reste du temps, nous nous rabattons sur notre seconde piste, les cascades de glace au Puy Mary. Nous allons louer des raquettes, ce ne sera pas inutile pour la marche d’approche. La marche d’approche est relativement longue, surtout avec toute cette neige accumulée. Nicolas a sorti ces ski de randonnée, les trois autres en raquettes.

20100109-1248-75.jpg

20100109-1406-88.jpg

20100109-1649-101.jpgNous nous arrêtons sur l’une des premières cascades, enfin de la glace. Malheureusement nous déchantons rapidement, tant la qualité de la glace laisse à désirer: tout est creux, les minces couches de glace succèdent à celles de neige. Impossible à protéger, les broches n’ont rien à mordre, et nous craignons que la pente parte avec nous.

Quelques essais à droite et à gauche, puis demi-tour et retour il est trop tard pour s’aventurer sur d’autres cascades.

Troisième jour

Notre dernière journée sera raccourcie puisque nous devons rentrer dans l’après-midi. Nous décidons d’abandonner les recherches de glace, on se rabat sur la neige, ça il y en a ! Donc location de ski pour tout le monde, et nous allons sur le domaine skiable du Lioran.

20100110-1059-105.jpg

20100110-1147-107.jpg

Plan de situation

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Autres sorties …