Randonnées ‘du vertige’ en Espagne

2019
03 Août

Durant nos deux semaines de vacances cet été, nous allons voir la famille à Limoges et en Dordogne, mais avant cela nous prévoyons une petite escapade sportive. Alors nous avons cherché ce que nous pourrions faire avec Eva, qui a maintenant 9 mois. Après avoir abandonné l’option vélo, c’est finalement sur de la randonnée en Espagne que nous nous rabattons.

Nous utilisons le livre topo « Pyrénées – Les randonnées du vertige » et irons rayonner dans deux secteurs, en séjournant tout d’abord dans la ville de Bielsa, non loin de la frontière, puis à Binéfar – faute d’avoir trouvé un point de chute sympa et plus proche de nos cibles dans la Sierra de Guara.

La feixa Tormosa

Pour cette première journée assez courte compte tenu d’un départ très tardif, nous choisissons pour une petite balade vers des chutes d’eau s’écoulant dans un fond de vallée:

  • La feixa Tormosa (Pyrénées – Les randonnées du vertige : sortie 22 – page 110)

Nous avons très rapidement vue sur notre objectif.

La montée très progressive en fond de vallée nous mène dans le cirque à portée d’une belle succession de cascades.

Il faut franchir le lit de la cascade puis un passage un peu exposé sur quelques mètres, et nous accédons au pied de la plus haute d’entre elles.

Nous profitons seuls de la vue, tous les autres touristes sont déjà rentrés, et revenons sur nos pas.

Notre parcours

  • Distance (km) : 7
  • Dénivelé (m) : +410 -410
  • Altitude (m) : mini 1250, maxi 1430
  • Horaires: départ 16h47, retour 19h24

Le Sestrales Alto

Pour cette deuxième journée nous disposons d’un peu plus de temps et sélectionnons une randonnée dans le secteur de Bielsa dont les photos dans le topo ont attiré notre attention:

  • Le Sestrales Alto (Pyrénées – Les randonnées du vertige : sortie 23 – page 114)

La première difficulté est de rejoindre le point de départ, puisque nous devons parcourir près de 10km en sentier très accidenté à flanc de montagne. Et sur le trajet, nous rejoignons cinq chevaux en liberté. Mais ils ne peuvent sortir de la route et par peur de la voiture, ils fuient à mesure que nous avançons. Je n’arrive pas à les doubler alors je descends de voiture et c’est à pied que je les dépasse et les pousse à passer derrière la voiture.

Au bout du chemin qui marque le départ de la randonnée, de nombreuses voitures sont garées là. Heureusement nous seront seuls sur le parcours.

La randonnée laisse entrevoir dès le démarrage de belles falaises, et notre objectif se devine au loin.

Nous retrouvons là des décors nous faisant penser à nos randonnées vertige en Vercors et Chartreuse.

Au passage, un beau lapiaz qui surgit en partie de la prairie.

Nous arrivons au bout du plateau, le retour se fait par le même chemin.

Et j’en profite pour une série de photos sympa au passage.

La petite Eva, toujours en porte bébé, alternativement « face au monde » ou en train de faire la sieste sur la poitrine de Sandrine.

Notre parcours

  • Distance (km) : 9
  • Dénivelé (m) : +510 -510
  • Altitude (m) : mini 1620, maxi 1790
  • Horaires: départ 11h30, retour 16h10

La fisura et les cuevas de Santa Orosia

C’est la canicule sur la France, en Espagne nous ne sommes pas mieux lotis. Et pour ne rien arranger nous prenons le départ assez tard. Objectif :

  • La fisura et les cuevas de Santa Orosia (Pyrénées – Les randonnées du vertige : sortie 33, page 156

Après une première partie en plein soleil, nous profitons de l’ombre de la forêt dans les pentes qui mènent jusqu’à la première petite église.

L’édifice religieux est parfaitement intégrée à la paroi, sous une chute d’eau qui se déverse depuis le haut du plateau.

Sandrine teste les cloches et nous fait remarquer des kilomètres à la ronde.

Sous l’église, un autre abris beaucoup plus sommaire.

Nous poursuivons sur la sente, elle nous mène à deux autres petites constitutions religieuses, puis permet l’accès au plateau. Nous allons jusqu’au refuge Santo Orosia, fin de notre parcours.

Le retour se fait par le même chemin.

Notre parcours

  • Distance (km) : 13
  • Dénivelé (m) : +640 -640
  • Altitude (m) : mini 810, maxi 1450
  • Horaires: départ 10h50, retour 17h05

Les corniseras del Mascun et le sendero de Turmo

Nous maintenant avons bougé notre ‘camp de base’ plus loin dans le sud, pour aller découvrir la région de la Sierra de Guara. Nous sélectionnons ce qui semble être l’une des splendeurs de la région:

  • Les corniseras del Mascun et le sendero de Turmo (Pyrénées – Les randonnées du vertige : sortie 29, page 138)

Les paysages du Colorado et de l’Arizona sont partout vantés comme les plus merveilleux du monde: nous pouvons affirmer que les gorges ou gargantes de Rodellar et les cuevas de Otin qui en font partie doivent être mises en parallèle avec les splendeurs des Etats-Unis.

Albert Tissandier, Le Tour du monde, 1880

La randonnée débute au village de Rodellar, et nous empruntons l’une des nombreuses sentes pour rejoindre un fond de vallée. Les spots d’escalade sont nombreux ici, et le niveau semble élevé.

Nous croisons une famille égarée à la recherche d’un départ de canyoning, et à mon GPS et cartes je les aide à se situer, ils sont apparemment dans la mauvaise vallée.

Nous remontons la vallée et franchissons quelques maigres cours d’eau.

A vue des premières curiosités géologiques, nous débutons la montée de la Costera qui va nous mener sur le plateau de la Meseta.

De nombreux monolithes se dressent fièrement dans ce paysage incroyable.

Nous rejoignons et dépassons le village abandonnée d’Otin, et en profitons pour faire le plein d’eau et mouiller les casquettes. Nous arrivons dans les gorges du Raisen, et après avoir un peu erré à la recherche du passage, nous faisons une halte déjeuner. Elle s’avère de courte durée car le temps à viré au mauvais et c’est un gros orage qui arrive sur nous. Nous allons vite rejoindre une grotte sur le trajet, et y passons un bon moment à attendre la fin des trombes d’eau qui se déversent.

L’orage s’est maintenant éloigné, il gronde toujours mais nous avons évité la pluie. Nous n’aurons pas le temps d’aller au Salvador de Los Lanas, et le temps est toujours menaçant, alors nous prenons la décision de rentrer fissa, mais en passant par le sentier qui surplombe le Rio Mascun.

Il s’avère que cette portion est clairement la plus belle de l’itinéraire de cette journée. Tout en bas nous devinons parfois le cours d’eau, la vue depuis ces défilés doit valoir le coup également.

Nous ressortons de la gorge, contournons le village d’Otin à toute vitesse, prenons une grosse averse sur la tête, mais en sortons rapidement et filons vers le sud rejoindre Rodellar et la voiture.

Les voies d’escalade dans la gorge sont très occupées, les grimpeurs qui sont tous dans des dévers et gros surplombs ne craignent pas la pluies !

Notre parcours

  • Distance (km) : 18
  • Dénivelé (m) : +680 -680
  • Altitude (m) : mini 675, maxi 1060
  • Horaires: départ 9h44, retour 17h50

Le camino de las Escaleretas

Pour cette dernière journée de randonnée, nous allons nous engager dans la seule randonnée qui mériterait véritablement son appellation de « randonnée du vertige » :

  • La camino de las Escaleretas (Pyrénées – Les randonnées du vertige : sortie 27, page 130.)

Depuis le village de Lecina, nous rejoignons assez vite l’abritos de Barfaluy et autres abris contenant des peintures rupestres.

Sont découvrons également des ruchers confectionnés par l’homme.

Nous repassons par le système d’échelles, il s’agit maintenant d’aller rejoindre la Cuevas del Gallinero.

Le topo parait alors très clair, mais nous butons sur ce simple énoncé.

Revenir ensuite sur ses pas une dizaine de minutes et repérer un sentier à droite indiqué par deux petits cairns.

Pyrénées, les randonnées du vertige. La camino de las Escaleretas.

Nous perdons alors beaucoup de temps et nous ne trouverons jamais les cairns encore moins le sentier. En confrontant notre trace GPS, le dessin du topo et en remettant en question notre position, je trouve l’accès à la suite et démêle toute cette histoire : les sentiers et les accès sur le secteur ont été remaniés, nous ne sommes pas exactement arrivés comme le décrit le topo, alors notre retour en arrière .. nous menait naturellement ailleurs.

Maintenant raccrochés à l’itinéraire, nous retrouvons les lieux caractéristiques du topo. Tout d’abord un passage très exposé mais néanmoins protégé par câble d’acier.

Un second passage, lui aussi sécurisé par un câble.

Nous poursuivons la descente et devons enchainer un autre passage exposé où se trouvent deux spits, que nous n’utiliserons pas, puis une descente par une corde fixe avec des nœuds.

Nous faisons un petit crochet par des grottes abritant quelques autres peintures puis atteignons le fond de la gorge. Ces paysages de roche creusée par les eaux sont saisissants.

Nous poursuivons vers l’est jusqu’au mirador del Vero, il nous faut passer dans l’eau sur quelques passages.

Nous manquons malheureusement de temps pour faire tout le tour prévu, alors nous prenons un chemin permettant de ressortir de la gorge et atteindre le plateau, puis filons tout droit pour rejoindre le village de Lecina.

Notre parcours

  • Distance (km) : 9
  • Dénivelé (m) : +340 -340
  • Altitude (m) : mini 595, maxi 790
  • Horaires: départ 12h50, retour 19h

Dans la même catégorie ..

Alpamayo (5947m)

Alpamayo (5947m)

Nous y voilà. Le matériel est prêt, nous avons fait les dernières courses et préparé les sacs, les précédentes journées d'acclimatation se sont déroulées au mieux, la motivation est au top. Nous prenons le départ pour attaquer l'objectif de ce voyage: Alpamayo :...

Voyage au Perou

Voyage au Perou

Quand Fred m'a proposé d'aller au Perou pour y faire l'ascension de l'Alpamayo, il a suffit que je vois une photo de ladite montagne et que je convainque ma compagne pour que l'affaire soit entendue. Nous nous donnons 15 jours au total, ce qui doit être tout juste...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.